WANEP COTE DIVIORE

Building Relationships for Peace

PDF Print
Written by Site Administrator

RAPPORT SUR LES MANIFESTATIONS VIOLENTES A BOUNADANS LA REGION DU BOUNKANI Date du 24 au 25 Mars 2016

I-                     FAITS

Le jeudi 24 mars, des affrontements violents intercommunautaires ont opposé les communautés Lobi, Peuls, Malinké et Koulango à Bouna (région du Bounkani, Nord-Est de la Côte d’Ivoire), faisant plusieurs morts et blessés.

En effet suite aux fréquents saccages de leurs plantations par des bœufs appartenant à des bouviers peuhls, des populations lobi s’en sont pris aux peulhs vivant dans plusieurs campements (Gnandégué, Panzarani, Lekante, etc.).  Plusieurs cases et biens des peulh ont été incendiés ou saccagés et des bœufs disparus.

Les peulhs ont à leur tour détruit plusieurs champs de vivriers des agriculteurs lobi. Selon les informations, les affrontements se sont déportés dans toute la localité du département, notamment à Bouna où la situation a dégénéré. En effet, les populations Koulango et malinké, ayant pris fait et cause pour les peulhs et les dozo Lobi sont venus prêter main forte à leur communauté.

Armées de machettes, de gourdins et de cailloux, ces communautés se sont livrées à des persécutions et des exactions.

Des populations en majorité des femmes et des enfants se sont réfugiées à la résidence du Préfet et au camp ONUCI. Un renfort du détachement du Bataillon de Sécurisation de l’Est (BSE), basé à Bondoukou est arrivé dans la ville pour ramener le calme. Un couvre-feu a été instauré et un avion de surveillance survolait la ville. Les élus et cadres locaux ont appelé à l'apaisement et ont tenu une réunion, le vendredi 25 mars 2016. Le gouvernement a dépêché une mission conduite par la Ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de l’Indemnisation des Victimes.

Le bilan des deux (02) jours de violence (24 et 25 Mars 2016) est le suivant :

1-       Plus 22 morts (source Agence Ivoirienne ;

2-       44 blessés évacués au CHR de Bouna

3-       Des cas d’enlèvement et de disparitions signalés

4-       Des magasins du marché de Bouna incendiés;

5-       Des habitations dans les villages et campements vandalisées, détruites et pillées

6-       Des champs saccagés ;

7-       3000 déplacés. (Source moniteur du CI-NEWS) Lire la suite